Mon Histoire 2015-10-24T13:19:24+00:00

Qui suis-je ?

Voilà une question qui pour moi aujourd’hui n’a plus vraiment de réponse. Je peux vous dire qui je croyais être, qui je pensais être, mais je ne peux vous dire qui je suis aujourd’hui à par un être comme tout le monde qui fait ça part dans ce monde.

Sébastien Lecler est donc mon nom, que j’ai reçu à la naissance. Très tôt, je suis tombé malade, des gros problèmes de respiration, des bronchites asthmatiformes, j’ai failli y passer, car je m’étouffais et je n’arrivais pas à respirer. Le problème se répétait et la seule solution que les médecins de l’époque m’ont trouvée fut de me donner de la « cortisone », qui si j’en crois ce que l’on m’a dit, car je n’ai AUCUN souvenir de ma petite enfance, est à l’origine de ma prise de poids et donc de mon obésité… Ce ne fut ni plus ni moins que la fameuse petite boule de neige qui dévale la descente enneigée et qui se trouve de plus en plus grosse au fur et à mesure qu’elle progresse et que personne ne peut arrêter.

Je me suis donc identifié, à un gros, j’étais je suis gros, et comme je ne fais pas les choses à moitié, j’étais ce qu’on appel dans l’obésité morbide, vers l’âge 10 ans je pesais déjà plus de 80 kg, mais tout le monde disais « ce n’est pas grave, car il prend 10 cm par an », j’allais soi-disant me réguler.

Pour époque, j’étais vraiment un obèse de compétition, je voyais des copains ou des gens à la télé qui était obèse, mais jamais à mon niveau.

Comme vous vous en doutez, j’ai été rejeter, insulté, on s’est bien foutu de ma gueule, j’ai ressenti cette pression du monde extérieur, cette haine alors que personne ne me connaissait, tout le monde me jugeait, je n’étais qu’un enfant, pourquoi ce monde est-il si cruel ?

À la visite médicale qui à lieu en classe de 3ème le chiffre tombe, je pesais 136kg, et le médecin de l’époque m’a dit qu’a 40 ans je serais mort si je ne faisais rien. Autant vous dire que ce fut terrible pour moi de mettre un nombre sur ce fardeau que je portais et de plus à l’âge de 14 ans.

2015-10-24 10.07.29 2015-10-24 10.07.43 2015-10-24 10.07.53 2015-10-24 10.54.49

C’est drôle, car je me souviens à cette époque-là qu’en me regardant dans le miroir il y avait comme une voix très faible au fond de mon être qui me disait : « tu n’es pas gros ». Je m’en souviendrais toute ma vie, et c’est surement cette petite voix qui m’a sauvé.

Suite à de nombreux échecs, je me suis mis un ultimatum, si je n’arrive pas à perdre du poids, je ferais une connerie (sous-entendu je ne veux plus vivre dans ce monde-là).
Oui ce monde où je faisais du 56 en pantalon, ce monde où je n’étais qu’un mort-vivant, ce monde de souffrance, de rejet, de jugement.

Je n’ai jamais fait aucune tentative de suicide, je l’ai fait croire à une époque pour me sentir écouter, valorisé, qu’on est pitié de moi, mais c’est faux, j’avais prévu de le faire si le nouveau programme que je mettais en place ne fonctionnait pas…. Et heureusement pour moi il a fonctionné.

J’ai perdu un peu plus de 60 kg en 8 moi, quelle liberté !! c’est bon mes souffrances allaient enfin être derrière moi !! Si seulement… J’y ai cru si fort, mais non, ce fut le début d’un nouveau cauchemar, d’un nouvel enfer, car cette fois ce n’était plus contre le monde que je luttais, contre les autres, mais contre cette petite voix dans ma tête qui me tirait toujours plus vers le bas, appelez-là comme vous voulez, le mental, l’égo, le petit diable qu’on a sur l’épaule, bref ce fut un réel combat, qui était perdue d’avance, mais cela je l’ai compris que bien plus tard.

Donc la perte de poids fut achevée vers mes 18 ans, et le début d’un nouvel enfer démarra, avec notamment comme trame de fond la vengeance, de toute cette haine que j’avais subie durant on enfance et mon adolescence.

Je me suis donc mis dans la musculation, la PNL, la sophrologie, la psychologie, afin de pouvoir, trouver la faille de n’importe qui et d’être prêt à le détruire sil il tentait de me faire du mal. Je me suis donc emprisonner dans un culte du corps de l’image, je cherchais des repères, je voulais être dans les « beau » physique pour sortir du lot mais cette fois-ci pas par le bas mais par le haut.


2013-07-19 00.25.21 2012-04-29 13.10.18
Cela était censé me donner confiance en moi, ce qui a marché pendant un temps, mais j’étais devenue orgueilleux, hautain, méprisant… comme on dit je ne me sentais plus pisser.
J’ai donc connu pendant de nombreuses années les ténèbres, mais cette fois au lieu de les subir, je les nourrissais de manière inconsciente, et dans de rares cas de manière consciente.


À l’âge de 21 ans, je perdais ma petite sœur dans un accident de moto. Cela a encore accéléré le processus de réveil. Ce fut la claque dans la gueule qui m’a fallu pour prendre conscience de certaines choses. Son départ a mis en lumière de nombreux aspects de la Vie, et de ma vie qui n’allait pas, j’ai commencé à ouvrir les yeux.2015-10-24 10.08.19


Ce fut encore une nouvelle épreuve que la vie me donnait, je ne comprenais pas tout à l’époque, mais aujourd’hui avec du recul tout s’éclaire et je comprends beaucoup de choses.

Et donc jusqu’à mon éveil à mes 25 ans j’étais dans une prison que j’avais construite autour de moi, basée sur les conditionnements de la société, de l’éducation, de la religion, sur mes peurs, mes blocages.

Cette prise de consciente récente (juin 2015) m’a permis de faire un nettoyage, des ses conditionnements, de ses peurs, de ses blocages, et je suis encore en plein processus, je continue à le faire, rien n’est fini, mais j’avance chaque jour avec le cœur un peu plus léger que la veille. J’apprends sur moi même et par conséquent sur les autres un peu plus chaque jour.

Je souhaite partager tout cela avec vous, en espérant que l’un d’entre vous qui lirez ou verrez mes vidéos puisse être éclairé sur son unique chemin d’éveil.

Nous sommes tous en éternel changement, nous évoluons, je souhaite partager mon évolution avec vous, mes doutes, mes incompréhensions afin qu’ensemble nous puissions trouver cette paix, cette harmonie intérieure, cette lumière divine qui est au fond de nous.

Je n’ai qu’une seule vérité à partager, là mienne, elle est basée sur mon expérience, mon vécu, mais en aucun cas elle ne représente LA vérité, mais elle en est une facette. En partageant chacun nos expériences et en trouvant les liens qui existent entre nos différentes vérités nous nous rapprocherons un peu plus de LA vérité qui possède une infinité de facettes 🙂